VOYAGE AU VIADUC DE MILLAU


En ce 8 juillet par grand beau temps et la promesse d'une belle journée en route pour l'Aveyron en bus dès 6 h 30.

Arrêt sur l'autoroute pour un  petit déjeuner offert par l'association.

Nous arrivons vers 10 h 30 au parking du viaduc,  45 mn de visite pour le musée du viaduc, ou la maison de l'Aveyron mais surtout pour le belvédère qui permet de visualiser l'ensemble du viaduc après une "grimpette" en plein soleil au milieu de la garrigue accompagnée par les cigales et divers insectes qui stridulent et des centaines de papillons. 

Retour au bus pour descendre vers Millau par les anciennes routes du chantier, goudronnées et sinueuses. 

Nous retrouvons une responsable de la société des bateliers qui nous indique une aire de pique-nique à l'ombre et au bord du Tarn. Nous avons apprécié car à midi le soleil tape dur!

Retour au bus pour rallier CREISSELS. Là le groupe doit être divisé en deux :

le 1er part sur les bateaux pour la balade sur le Tarn et le deuxième récupère un guide et file vers le village troglodyte de PEYRE - rive droite du Tarn en aval de Millau.

- Village de PEYRE classé plus beaux villages de France. Au pied de la falaise on trouve des grottes naturelles depuis le néolithique.

Puis se sont construit des murs pour agrandir les grottes et petit à petit le village s'est développé et fortifié au dessus de la vallée du Tarn. 

Petites ruelles très pentues, beaucoup de fontaines, on y voit même une école avec une courette donnant sur la rivière tout en bas !

L'église troglodyte abrite aujourd'hui les oeuvres d'artistes régionaux et surtout pour nous, cette douce température de 18° toute l'année a été salvatrice.

Nous y avons un peu trainé !

Toutes les maisons se touchent si bien qu'entre le pied de la falaise et les maisons il y a un tunnel qui permettait d'échapper aux envahisseurs de chaque côté.

Nous avons fini notre visite jusqu'à l'embarcadère d'arrivée des bateaux.

Pendant que les bateaux sont sortis de l'eau et chargés sur le camion, nous reprenons le bus, direction CREISSELS pour la balade sur le Tarn.

-BALADE EN BATEAU : Les barques sont mises à l'eau et nous embarquons, à raison de 6 personnes par bateau et descendons tranquillement la rivière. L'eau est très claire et il y a peu de fond.

Un premier "rapide" cré une certaine émotion mais notre batelier connait à fond sa conduite. Viaduc en vue !

La vision par en dessous est impressionnante et on se rend compte des hauteurs ( 370m du pied de la pile la plus haute jusqu'à son sommet et le tablier du pont à 250 m de la rivière).

Malgré tout l'ensemble semble léger et très aérien. Au niveau de l'eau on est entouré de centaines de libellules bleues foncées appelées "demoiselles".

Quelques grands hérons cendrés s'envolent mollement comme pour bien montrer qu'ils n'ont pas peur de ces drôles d'engins! Et toujours le chant des cigales et des insectes. 

Nous voilà arrivés à PEYRE où nous retrouvons l'autre groupe. 

 

-LE RETOUR :  Tout le monde monte dans le bus (pas de noyé ni de perdu !) pour un retour à Longages en passant par une route sinueuse mais bien jolie.

A Ste-Afrique surprise ! nous sommes neutralisés par la police pour cause de défilé de chars décorés, c'est la fête!  Rien de bien long et nous reprenons la route.

 

Arrivés vers 20 h fatigués mais tout le monde semble content de cette journée si chaude.

 

 

 

 

 


Texte et image : Simone

Mise en page    : Martine


Balade d'automne en Albret


Ce dimanche 15 octobre par une douce température même à 6 h 30 nous avons rendez vous pour une promenade en pays d'Albret à Nérac. Bus confortable, petit déjeuner offert par l'association.

Arrivée à 9 h à Nérac sous un soleil déjà chaud et un vent d'autan fou ! Notre guide nous attend sur la promenade de la Garenne, ancienne réserve de chasse du roi, bordé de grands arbres en bord de Baïse.

Aménagée au XVI ième par le père d'Henri IV cette promenade sera allongée par la reine Margot avec de nombreuses fontaines dont la fontaine St-Jean et celle de Fleurette, fille du jardinier séduite par Henri IV d'où l'expression "compter fleurette" - Tout à côté on a trouvé des mosaïques d'une maison romaine.

Sur l'autre rive de la Baïse, rive gauche, on aperçoit les jardins d'agréments du roi qui communiquaient avec le château ainsi qu'un bâtiment appelé "le bain du Roi".

En marchant rive droite vers le port nous passons sous le "pont neuf" en face au pied du château quelques maisons et on arrive au "pont vieux" du XI ième ouvert à la circulation les piétons doivent se ranger dans les "becs" du pont.

Nous entrons dans la vieille ville en traversant le pont - rues étroites et pentues, maisons à colombages -La cathédrale St-Nicolas occupe l'emplacement de la cathédrale de 1096.

Construite à partir de 1758 en plusieurs campagnes faute de finances- On rétablira la taxe sur le vin pour financer les travaux ! 

Fin des travaux et décorations au XIX ième !!

Direction le château d'Henri IV. Ce château d'abord seigneurial deviendra par le jeu des mariages, royal. Construit au XV ième par Alain d'Albret, trisaïeul d'Henri IV, sur un ancien fort, il sera le château d'enfance d'Henri. Marguerite d' Angoulême y tient une cour prestigieuse, lui succéderont Jeanne d'Albret, Henri de Navarre (Henri IV) et son épouse Marguerite de Valois dite "la Reine Margot". 

A la révolution il est démoli sauf  l'aile nord et sa galerie aux colonnes en spirale.

Au XIX ième cette aile est divisée en appartement et le jardin d'agrément du roi en lots pour faire un potager !

En 1872 Armand Fallières, enfant du pays, maire de la ville et futur président de la République, décide de créer le premier musée du Lot et Garonne, le château ayant été classé monument historique dès 1862.  

 

- La cour de Jeanne d'Albret : femme de caractère, très cultivée se convertit au protestantisme en 1560 et s'oppose à Catherine de Médicis, reine de France. C'est le début des guerres de religions. En 1572 Henri de Navarre, protestant, épouse en seconde noce, Marguerite de Valois, catholique.

Ce mariage sera marqué par le massacre de la St-Barthélémy, Henri doit se convertir au catholicisme et rester à la cour de France. En 1576 il s'enfuit à Nérac.

 

- La cour de Marguerite de Valois : on y rencontre Montaigne, Aggripa d'Aubigné...

Pour Henri IV Nérac est le siège de son conseil où catholiques et protestants se côtoient sans problème.

En 1578 le traité de Nérac est le prélude à l'Edit de Nantes.

En 1589 Henri de Navarre devient roi de France sous le nom d'Henri IV.

 

Après cette page d'histoire retour au bus pour aller pique-niquer à l'auberge de Gagnet à l'ombre des tilleuls.   Accueil chaleureux des propriétaires avec dégustation du Floc de Gascogne et en fin de repas petites douceurs avec des "merveilles".

 

Le musée du liège et du bouchon à Mézin


Cette industrie se développe à partir du XVIII ième jusqu'aux années 50. Le chêne liège poussait sur ce terroir d'où son exploitation. On prélève cette écorce à l'aide d'une hache depuis la base des premières branches jusqu'au sol. Ce premier liège est très déformé donc il sera broyé pour faire de l'aggloméré. La levée suivante, quelques 10 ou 20 ans plus tard, appelée "femelle" permet la fabrication des bouchons. 

L'écorce est bouillie, séchée à l'air libre, découpée en bande de 5 cm de large, découpée en petit cube, sculptée ( à la main puis ensuite arriveront les machines), le bouchon est poncé, contrôlé, blanchi, déposé dans des paniers d'osier puis emballé dans des sacs de jute pour l'expédition.

Tous les déchets sont broyés pour faire des isolants thermiques ou phoniques, casques coloniaux, bijoux, sacs à mains, et même dans les fusées car léger et non inflammable...etc.

A la sortie notre beau soleil avait disparu faisant place à l'orage donc retour au bus sous une forte pluie.

Journée riche en découvertes diverses.   

Texte : Simone

Mise en page et photos : Martine